Le marché de Fatoma

       Tous les mardis, la commune de Fatoma accueille un des plus grands marchés du Mali. C’est à la fois un marché traditionnel et un marché aux bestiaux très réputé.

Marché de Fatoma - entrée

        Une grande population se déplace, chacun profite de ce jour pour faire circuler les informations importantes. Ainsi acheteurs et vendeurs venant des villages attenants à Fatoma ou des plus grandes villes des alentours comme Kona, Sévaré, Mopti viennent à Fatoma. Ces grands déplacements se font à pied, en charrette tirée par un âne, à cheval, en taxi-brousse ou en camion. Ce marché de brousse a l’avantage de pratiquer des prix plus abordables.

 

Le marché traditionnel


        Dès 7 heures du matin, commerçants, artisans, acheteurs de toute la région se mettent en route pour Fatoma. Progressivement, tout au long de la matinée, chacun s’installe se regroupant par activité. Le marché prend vie vers 11h, bat son plein vers 14h et se termine à la tombée de la nuit.

        A Fatoma on trouve ce jour là à peu près de tout :

Les fruits et légumes :

Selon la saison le marché de fruits et légumes est plus ou moins bien achalandé. Les oignons et les tomates sont pratiquement les seuls légumes frais que l’on puisse trouver toute l’année.

Marché de Fatoma - les oignons            Marché de Fatoma - étals de fruits et légumes

 

 

Les piments, le gombo, l’arachide sont séchés pour être conservés, ce qui permet un approvisionnement régulier.Marché de Fatoma - tomates et patates douces

En fruits, selon la saison nous aurons des goyaves, des mangues, des bananes.

La viande :

C’est le seul jour où l’on trouvera de la viande à Fatoma. Les animaux sont abattus et dépecés le matin même, sur place. Très vite la viande est grillée, seul moyen de conservation.

Le poisson :

Le poisson est pêché dans les villages situés au bord du Niger comme par exemple à Sabé.

Les moyens de communication et de conservation sont si peu développés que l’on ne peut trouver sur le marché de poisson frais. Il est donc séché ou fumé pour être conservé et commercialisé sur le marché.

Les céréales : le riz, le mil, le sorgho.

Les marchandes de riz ou de mil ont le même emplacement chaque semaine. Elles installent leur grand panier de riz et éventuellement quelques sacs de 100kg. Le riz le plus connu et le plus consommé est le riz rouge, c'est le riz du delta qui ne franchit pas les frontières du Mali. Il doit son nom à la couleur de son enveloppe. C'est un riz flottant qui pousse grâce à la crue du Niger. Les tiges peuvent faire jusqu'à 2 mètres de hauteur, dans ce cas la récolte se fait en pirogue en décembre et janvier. Beaucoup de monde vient travailler pour la récolte.
Il y a aussi un riz blanc qui plait bien en ville.
Le riz se vend la plupart du temps décortiqué. Le pot qui sert de mesure pour vendre le riz s'appelle le sawal.

Les beignets : les marchandes fabriquent sur place leurs petits beignets. A même le sol elles ont leur bassine d'huile bouillante dans laquelle elles plongent des petits morceaux de pâte au levain.

Marché de Fatoma - beignets

 

L’artisanat :

L’artisanat local est très riche, très développé et les matières premières se trouvent facilement. Chacun expose et vend ses produits.

-  les potiers : des canaris pour stoker l’eau

-  les chapeaux, les nattes (tapis) en paille de riz

-  les calebasses. Elles sont taillées dans un fruit de la famille des cucurbitacées. Il en existe de différentes tailles pour en faire des ustensiles de cuisine : saladiers, louches…

-  les forgerons : des couteaux, des bijoux, mais aussi de la limaille de fer, du cuivre, du bronze.

-  les tisserands : Ils tissent des bandes en coton ou en laine pour en faire des couvertures traditionnelles.

-  les couturiers 

La vaisselle en plastique ou les plats émaillés

Les tissusMarché de Fatoma - les tissus

 

 




 
Le bois et le charbon

Les transistors

Les médicaments classés par couleurs. Chaque couleur soigne une maladie.

  

Le marché aux bestiaux

                                                                                                                       (accès à un de nos sites préférés) 

 

Marché de Fatoma - le marché aux bestiaux

 

 

       Chaque semaine sont mis en vente des bœufs qui ont été engraissés dans les pâturages du delta intérieur du Niger : une grande zone où pousse le bourgou ou l'herbe d'eau. Chaque année la décrue est attendue et donne lieu à une grande transhumance vers ces nouveaux pâturages de bourgou. L'herbe est riche et abondante.
       Les Zébus sont gardés par des bergers peuhls qui en échange de la garde peuvent profiter du lait. Les troupeaux sont marqués au fer rouge, chaque famille possède sa propre marque.
       La possession d’animaux est une façon de placer de l’argent et de pallier ainsi aux éventuels coups durs.

       Un immense parc à bestiaux se remplit chaque mardi, les propriétaires de zébus sont là et négocient la vente avec les marchands de bestiaux. Ainsi chaque semaine des bœufs sont vendus vers le Burkina, ou le Niger. Le soir venu les camions remplis de bovins partent dans ces directions.

Ce grand marché constitue une ressource pour la population de Fatoma. A noter que dans beaucoup de concessions les femmes engraissent des veaux, l’embouche bovine est ainsi une source de revenus non négligeable pour les familles.